Les empreintes digitales laissées sur les lieux d’un crime peuvent aider les forces de l’ordre à identifier un criminel. Mais au Pays de Galles cela va bien plus loin. Là bas la police a récemment utilisé une empreinte digitale figurant dans une photo de WhatsApp comme preuve pour coffrer 11 trafiquants de drogue.

 

Dave Thomas, de la South Wales Police décrit cette technique d’utilisation des empreintes digitales d’une photo comme “révolutionnaire”. Il mentionne à la BBC que la police analyserait désormais les images au plus près lorsqu’elle les trouverait sur des smartphones saisis lors d’enquêtes.

En l’espèce, les pandores ont examiné un smartphone trouvé dans une maison où ils avaient fait une descente dans la ville galloise de Bridgend suite à une dénonciation sur des soupçons de trafic de drogue. Et les messages WhatsApp contenus dans le smartphone sont devenus des éléments de preuve dans le cadre de l’enquête.

” De petits éléments ont suffi à prouver qu’il était le dealer”

“Il y avait un certain nombre de textes tels que “Qu’est-ce que vous voulez acheter ?” dans l’application a déclaré Dave Thomas. “Il y avait également la photo d’une main qui contenait des pilules qui semblait être envoyée aux clients potentiels en disant : “Ce sont mes marchandises, je les vends”.

La photo montrait la partie médiane et inférieure du doigt du suspect, mais pas la partie supérieure enregistrée pour la base de données nationale du Royaume-Uni. Donc dans ce cas, la police scientifique n’a pas pu faire de correspondance avec la base de données. Mais l’image du doigt a néanmoins révélé suffisamment de données pour aider à condamner le suspect. Et l’enquête a permis de réaliser 10 autres arrestations, et condamnations.

“Bien que l’échelle et la qualité de la photographie se soient révélées un défi, de petits éléments ont suffi à prouver qu’il était le dealer” a expliqué Dave Thomas.

Les applications de médias sociaux sont très populaires chez les criminels qui vendent de la drogue, à tel point qu’Instagram a récemment commencé à faire un plus grand effort pour bloquer les hashtags liés à la drogue.

Bien que la procédure d’extraction de données d’empreintes digitales à partir de photos soit récente, l’utilisation par la police des médias sociaux dans le cadre de ses activités de lutte contre la criminalité ne l’est certainement pas. Des services tels que Facebook, Instagram et WhatsApp peuvent fournir une mine de preuves pour les enquêteurs.



Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here