Facebook
Twitter
Google+
Pinterest

Attaqué frontalement par les autorités américaines, Huawei envisage sérieusement d’abandonner ses ambitions dans les smartphones dans le pays. Le constructeur chinois fait face à un protectionnisme très organisé outre-Atlantique. Difficile dans ces conditions de dépasser Samsung et Apple, une objectif affiché par le groupe chinois.


 

« Il y a des choses que l’on ne peut pas changer, et c’est mieux de ne pas trop y penser » dit-il dans les colonnes de Forbes. Le constructeur chinois fait face à un protectionnisme très organisé outre-Atlantique. Difficile dans ces conditions de dépasser Samsung et Apple, une objectif affiché par le groupe chinois.

Les services secrets américains tout comme la FCC ont récemment exprimé leurs inquiétudes quant à l’arrivée de Huawei sur le territoire américain. Le problème ? Des questions de “sécurité” selon les organisations américaines. Et cela pèse sur le développement de la marque. L’opérateur américain AT&T a brusquement mis un terme a ses discussions avec l’acteur chinois. Et Best Buy a cessé de vendre les terminaux de la marque.

Conséquence directe ou pas, on apprend qu’Huawei plancherait sur un OS maison pour smartphone, histoire de couper les ponts avec les acteurs américains du secteur, en l’occurrence Google et Android en cas de crise plus profonde avec les autorités du pays. Il s’agirait également de réduire la dépendance au géant qui concentre 80% du marché des smartphones dans le monde.

Le numéro trois mondial travaillerait en fait depuis 2012 sur cet OS mais les récents événements aux Etats-Unis lui auraient fait prendre conscience qu’il fallait maintenant accélérer. Rappelons que Huawei développe déjà ses propres processeurs (via sa filiale HiSilicon) qui équipent quasiment tous ses smartphones. 

Interrogé, le fabricant indique “ne pas avoir l’intention de sortir son propre système d’exploitation dans un avenir prévisible”.

D’autres avant Huawei ont tenté également de sortir du joli pré Android et pas des moindres : Microsoft avec Windows Phone, Samsung avec Tizen, Palm avec WebOS… Mais personne n’a réussi à déboulonner le robot vert ou même à faire bouger les lignes sur le marché des OS pour smartphone aujourd’hui organisé autour d’un duopole.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "http://connect.facebook.net/fr_FR/all.js#appId=243265768935&xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));



Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here